HPST : rien ne va plus !

On ne compte plus les tractations, les tensions, les pressions, les mécontentements, les appels à la mobilisation, les concessions, les renoncements et autres joyeux qualificatifs que charrie le projet de loi Hôpital, Patients, Santé et Territoires, à travers ses pérégrinations dans le processus législatif.

Les députés, toutes tendances confondues, réclament haut et fort la levée de l’urgence, constitutive d’une inconstitutionnalité manifeste, selon eux.

Au-delà des revendications relatives à la gouvernance, à l’équilibre des pouvoirs entre directeurs et médecins hospitaliers, aux relations entre médecins libéraux et cliniques, et à la création des agences régionales de santé, votre serviteur a tout simplement choisi de se focaliser sur ceux que l’hôpital est censé soigner : les patients.

C’est ainsi que le CISS s’est fendu d’une lettre ouverte aux parlementaires dont j’invite les lecteurs à prendre connaissance. Une part de vérité, en somme.

Omar YAHIA