Une étude sur les coopérations inter-CHU

Menée par la délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires (DIACT), l’étude sur les coopérations inter-CHU dans des espaces interrégionaux a évalué le développement de ces coopérations principalement dans le domaine de la recherche et de sa valorisation mais également en matière d’enseignement et d’activités cliniques, ces trois pôles étant interdépendants. Si elle souligne leur essor récent, l’étude estime que ces coopérations demeurent « timides ».Réticences des régions s’agissant du développement de ces coopérations, pour lesquelles « leurs intérêts sont moins évidents, et les risques plus importants », multiplication au plan national des agences et instituts, sans stratégies territoriales affichées : telle est une partie du constat dressé par la DIACT. Cette dernière considère que les structures interrégionales ne disposent que d’un espace « très restreint », alors que partenaires et financements se situent à l’échelle régionale. Le rapport relève, par ailleurs, qu’en matière de soins, la territorialisation des politiques de santé s’est affirmée au cours de la dernière décennie, avec les agences régionales d’hospitalisation.

Parmi les propositions formulées, le groupe de travail estime que les coopérations interrégionales doivent permettre le partage et la mutualisation des moyens pour des investissements lourds et/ou très spécialisés et suggère des convergences entre les découpages.